[a·k·a] [nous] [nos livres] [collections] [contact] [liens] [?]

akaeditions.fr



Pourquoi a·k·a ?

aka est simple et discrète.

aka est un palindrome, ce qui n'est pas sans rappeler notre goût prononcé pour les contraintes artistiques volontaires.

a·k·a, plutôt que aka —même si on utilisera les deux—, pour rappeller que les unités peuvent se séparer autant qu'elles peuvent se lier, que la langue n'est pas une chose figée, mais qu'elle se travaille, qu'on peut jouer avec, simplement pour jouer ou pour la rendre moins normative et moins oppressive à la fois.

aka, comme le sigle anglophone a.k.a. (Also known as) car nous aimons jouer avec les identités, les pseudonymes, les alias… et qu'inversement nous n'aimons guère la politique des auteurs à la française.

aka nous renvoie au champ des possibles. L'idée est convenue mais bien ancrée : certaines choses (lire, écrire, faire des films, monter une maison d'édition…) seraient difficiles à faire. Au contraire, nous pensons qu'elles sont bien souvent +faciles qu'on ne le croit et que tout le monde en est capable : aka les faire… alors faisons ça ensemble !

aka, enfin, en japonais, est la couleur rouge et nous aimons cette couleur.



Qui sommes nous ?

Les livres accompagnent Ana Sá depuis l’adolescence, avec des hauts et des bas comme dans toute longue relation. Elle a écrit par ci et par là (mais surtout des brouillons qui restent encore au fond d’un tiroir), a fait des études de lettres, a traduit un peu bénévolement puis est devenue prof de langues. Elle se considère surtout comme une sorte de « passeuse » : que ce soit en enseignant une langue, en traduisant des textes ou maintenant en éditant des livres, elle permet à d’autres de véhiculer leurs idées.

Colas Ricard est tombé dans les livres depuis tout petit. Il a jadis voulu acquérir un savoir encyclopédique et il est fan de dictionnaires en tout genre. Il est auteur, réalisateur et beaucoup d'autres choses. Lauréat de la Fondation de France ou sorti d'une école d'art pour faire bon genre, mais surtout passionné par ce qu'il fait. Monter une maison d'édition est un peu la concrétisation de nombreux de ses projets passés : le travail du texte, de l'image, du graphisme ; donner la parole à d'autres, y compris celles et ceux qui n'ont pas l'habitude de la prendre. Le livre est sa passion, mais à un point qu'il ne s'était pas senti jusqu'ici —ou si peu— d'en faire un champ de création, à se sentir légitime à devenir "écrivain" ou co-responsable d'une maison d'édition.
























nous contacter